Articles

Affichage des articles du mai, 2013

Théâtre de Forains.

Image
Douzième Parution Théâtre de Forains. Numéro 12. Le Havre, le 31 Mai 2013. Réalisation: E.A & C.L.M Dessins et Photos: C.L.M
Editorial: E.A, "Dans chacun de nous dort un clown", extrait de sa prochaine publication, premier partage, Ruedesrumeurs.
Dans ce numéro ( Le Clown et le Chapiteau, deux dessins réalisés et photographiés par C.L.M, Editorial: extrait de la prochaine publication de E.A, "Dans chacun de nous dort un clown", premier partage, ruedesrumeurs en collaboration avec l'auteur, le 29 mai 2013, et "Sous nos parapluies" de E.A pour Ruedesrumeurs).


Editorial: Dans chacun de nous dort un Clown.


Chacun de nous porte bien un masque ? Le clown lui en supporte tellement qu’il déclenche nos glandes lacrymales en faisant d’un ballon une girafe, un petit bonhomme... Il rigole de sa douce bêtise pour satisfaire nos désirs. Serviable pas comme lui. Qui oserait refuser un sourire heureux à un enfant ? Il y en a. Mais pas un clown, même triste. Dans l’éloque…

FOLIE HEUREUSE!

Image
ONZIÈME PARUTION



Folie heureuse.
Numéro 11. Le Havre 24 Mai 2013. 
Réalisation:© E.A (ewabongolo) & C.L.M.

Photos et dessins © C.L.M pour Ruedesrumeurs

En guise d'Editorial: Ta robe (Extrait de Carte-Postale, Cahier de l'Artiste, E.A)
Dans ce numéro(Dessins et Photos C.L.MEn guise d'Editorial: Ta robe et Hier à l'aube 
(Extrait de Carte-Postale, Cahier de l'Artiste), écrit par E.A).





En guise d'Editorial
Ta  robe

Ta robe s’étale <

Contradiction

Image
DIXIÈME Parution
Contradiction
Numéro 10. Le Havre,17 Mai 2013. 

Réalisation:© E.A (ewabongolo) & C.L.M.

Photo et dessin 
© C.L.M pour Ruedesrumeurs
En guise d'Editorial:RESTAVÈK, Ruedesrumeurs.

Dans ce numéro (Dessin et Photo ©C.L.M, En guise d'Editorial: RESTAVÈK Ruedesrumeurs, Histoire courte, écrit par E.A)
EN GUISE D'EDITORIAL


RESTAVEK
           Filomène est une fille qui tranche la nuit par la projection si forte de son expiration contre ces bouts de carton moisis qu'elle sert fort contre son être pour couper les ponts avec le béton et son humeur glaciale; comme si le sommeil lui servait de présentoir à lavement. Elle survit dans des jours sans fins ni débuts, elle conduit ces petits princes, ces petits veinards, ces écoliers à qui elle fosse compagnie devant les portails de l'école. Elle, le guide.Et demain comme tous les demains elle reprendra la routine comme aux premiers jours de sa rencontre avec les sauveurs. 
Elle connait le jour comme sa poche et raconte to…

Dans le vent de la Rumeur (NORMANDIE * Le HAVRE)

Image
Dans le vent de la rumeur (NORMANDIE * LE HAVRE)
Vous dîtes froid? Eh bien oui, le vent glacial  se déchaîne sur cette poudreuse tombée durant la nuit. Tel un amant empressé et oppressant, il déchire ce voile fin et laisse s'échapper des millions de flocons apeurés qui viennent se déposer sur le visage transi d'une passante sans soucis apparents. Mais allure pressée et incertaine due aux embûches glissantes, elle va, tête baissée, ne songeant qu'à se mettre à l'abri, bien au chaud : home, sweet home pense t-elle! mais ce vent de folie ralentit son allure, et, les quelques gouttes salées qui perlent au coin de ses yeux, s'écoulent en rus gelés qui blessent un peu plus son visage. Enfin! enfin! enfin!....elle finit par pousser la porte tant espérée pour entrer dans son nid douillet où la flamme rougeoyante de l'âtre vient réchauffer corps et âme d'une tiédeur bienfaisante. Tout doucement elle se laisse aller dans un rêve voluptueux et sensuel qu'offrent c…

CAT-BARET!

Image
EDITORIAL


                           Nous sommes tous artistes. Chacun de nous à son niveau. Aucun artiste n'a ni le droit ni le devoir de  dormir à la belle étoile sans le vouloir. Observer les étoiles doit s'accompagner d'un vœu ou pas, sous nos yeux bienveillants. Alors nous nous devons de nous surveiller. J'affirme bien "se surveiller". Pas "épier ". C'est malsain. 

 On se surveille quand on s'aime. Comme un père qui se limite à placer des limites à la lisière de l'amour de sa vie,  son fils ces prunelles que ciel a donné à maman et papa, il a consenti de le stopper dans son élan, sa marche, pour une fois, une petite course vers les escaliers par amour, car petit monsieur ne contrôle pas encore la pesanteur ne sait pas jusqu'où un seul pas peut nous amener. Une mère qui conte une histoire d'un petit chômeur, valet pour ces grands messieurs que nous ne croisons pas dans nos quartiers, qui arrive, dans l'enfer de sa pauvreté …