Dans le vent de la Rumeur (NORMANDIE * Le HAVRE)



Dans le vent de la rumeur (NORMANDIE * LE HAVRE)
Photo prise par GREG. pour Rue des Rumeurs © Copyright Josiane.J


EN GUISE D’ÉDITORIAL

Vous dîtes froid? Eh bien oui, le vent glacial  se déchaîne sur cette poudreuse tombée durant la nuit. Tel un amant empressé et oppressant, il déchire ce voile fin et laisse s'échapper des millions de flocons apeurés qui viennent se déposer sur le visage transi d'une passante sans soucis apparents. Mais allure pressée et incertaine due aux embûches glissantes, elle va, tête baissée, ne songeant qu'à se mettre à l'abri, bien au chaud : home, sweet home pense t-elle! mais ce vent de folie ralentit son allure, et, les quelques gouttes salées qui perlent au coin de ses yeux, s'écoulent en rus gelés qui blessent un peu plus son visage. Enfin! enfin! enfin!....elle finit par pousser la porte tant espérée pour entrer dans son nid douillet où la flamme rougeoyante de l'âtre vient réchauffer corps et âme d'une tiédeur bienfaisante. Tout doucement elle se laisse aller dans un rêve voluptueux et sensuel qu'offrent ces froides soirées d'hiver, quand, enfin, on se retrouve dans son cocon de bien-être et de bonheur. 

Josiane J.




Neuvième Parution
Dans le vent de la rumeur (NORMANDIE * LE HAVRE).
Numéro 9. Le Havre,10 Mai 2013. 
Réalisation:© E.A (ewabongolo) & C.L.M.
Textes:© Josiane J.,© Arnelle Blain (AB),© E.A, .
Photo et dessin: prise par Greg. pour Ruedesrumeurs, Dessin et photo © copyright Josiane J.
En guise d'Editorial: © Josiane J.

Dans ce numéro (Dessin et Photo: Josiane J., photo prise Par G., En guise d'Editorial de:  Josiane J., Texte Le Havre: cocon de paix par Arnelle Blain (AB),  Le Havre, Texte écrit par E.A)



Le Havre: cocon de paix


Sous une  pluie fine et glaciale, tu m’accueillis, moi l’aigle fatigué en quête de restauration et de nouveaux horizons.

L’allure décharnée des façades de tes édifices me renvoyait l’image de mon cœur troublé et malmené.

Comme les marteaux-piqueurs traçant les voies de ton tramway, mes pas décidés m’emmenèrent vers ton Université.

 Ta réputation de maussade et de grisâtre fut le leitmotiv qui me poussa  à être un soleil  afin de défier la nostalgie que tu inspires.

Ta nature verdoyante, rougeâtre, jaunâtre et blanchâtre selon les saisons me révéla les différentes parures dont tu t’affubles pour montrer tes états d’âmes.

Tes forêts et tes parcs balayés par un vent tantôt doux, humide ou glacial incarnent le miracle de la vie à travers tes arbres qui s’élancent stoïquement vers le ciel.

La Seine coulant paisiblement en ton sein pour rejoindre ton bord de mer parsemé de galets apporte une touche spéciale à ton riche paysage.

Tu es ce cocon de verdure et de paix où se ressource et se transforme toute chrysalide prête pour le grand envol.

Arnelle Blain (A.B), Le Havre, Le 8 Mai 2013



Le Havre

Elle sourit
Un nuage frétille de douleurs futiles
Il ferme les yeux
La beauté trempe ses yeux dans mémoire à demi teinte journalière
Le Havre a de la couleur qu'on ne voit pas ailleurs
Le Havre, plancher d'un ciel  
Qui pleure de beautés ou de douleurs  
Toutelasaintejournée.
Le Havre, ville amoureuse
Elle rigole encore des vielles blagues 
De son clown de soleil
Le Havre, ville téméraire
Ville Cache-cache

Je vais enfin connaitre mes voisins
Maintenant que monsieur daigne pointer son nez dehors.   

Le Havre...que dire.

E.A (ewabongolo), Le Havre 6 Mai 2013.




Restez avec nous ou revenez nous visiter quand vous le désirez!


N'hésitez pas à nous laisser vos commentaires, remarques et suggestions. 


Retrouvez nous sur Facebook/Ruedesrumeurs.


© RUEDESRUMEURS. 10 Mai  2013

Posts les plus consultés de ce blog

à la gloire de mon père...

RUMEURS D'AILLEURS ( rencontre avec PALTO VANYAN, Septième parution).

L'Anathème