LA PHOTO DE CLASSE-CM2-





Dans ce numéro: La photo de classe- CM2-/Dessin et Photo: C.L.M/Edito: E.A

Vingt sixième parution
"La photo de Classe"
No: 26, Le Havre, France.
Réalisation: C.L.M & E.A



© Dessin et Photo: C.L.M/La photo de classe.



La photo de Classe –CM2-


Job a reconnu Vincent, sans hésitation vingt ans après, son ami et ancien copain de classe. Il a rendu visite à Amélie son acolyte, le mois dernier pour la soirée entre copains d’avant… Cette dernière, dit-il, n’a pas beaucoup changé ; elle est restée toujours aussi rayonnante et remplie d’une douce énergie. On croirait entendre Hergy; ce dernier parle souvent ainsi de sa femme de toujours; il était, depuis un certain temps, le copain qu’on avait attribué à cette charmante Amélie. Finalement, ils se sont mariés.

Jean est devenu aujourd’hui un professeur de maths, motivé et respectable, comme il rêvait de l’être. Nous l’avons appris de la bouche de Claire. Cette dernière excelle maintenant dans l'art de la photographie; elle est considérée pour sa curiosité qu’elle met en photos et sa manière singulière de voir les choses, les femmes, les hommes et toute cette belle nature.

Entre job et Claire une éternité de parcours s’est jouée, après près de vingt ans; chacun sa route, chacun son chemin, depuis cette fameuse photo de classe avant le passage dans le monde des grands. Ils ont partagé ce moment au ton grave d’appréhension. Ce moment se révèle  tellement important qu’il vous suit vingt ans ou peut-être même cinquante ans après…

Claire se rappelle précisément de cette date, de ce jour et de cet homme qui, tel un vieux sorcier, venait tirer le portrait des enfants, à chaque rentrée des classes. Elle se rappelle avoir confié à Nadine, sa meilleure amie outre que papa et maman, qu’elle était raide dingue d’amour, en mots d’enfant, pour le petit John; Son souhait était de voir sa maîtresse se transformer en magicienne ; ainsi, cette dernière serait capable du même coup, par bonheur, de la placer entre son amoureux et sa meilleure amie sur la photo. Depuis cette amourette, ils ne se sont jamais revus.

Voilà! L’heure fatidique approche; cette photo est bien celle qui détermine  toute une vie. Que dis-je, toute notre existence, dit le jeune Hubert. L’image qu’on y laisse nous suit et nous suivra à la trace. Elle doit être parfaite, et nous plus que parfait. Les mamans dégainent leurs meilleurs tours de main, pour aider les petites princesses et les petits princes qu’elles élèvent à tenir tête à cette adversité puérile…Pour une fois, nous pouvions nous retrouver dans la cour de récréation sans que quelqu’un ne vienne nous bousculer à coup de réprimande, pensa Job…La cour de récréation est une jungle; la photo de classe, son expression.

On ne se démène jamais assez pour garder la face, entre peur et frustration, regret et envie de franchir un pas de plus, un grand pas…Le photographe restera celui sur qui la foudre tonnera si, par malheur, cette fameuse photo se retrouve excellente, et nous hors cadre…pas dans le tempo. Il fallait mettre plus de lumière, et on le qualifiera de charlatan et d’impatient; les parents abondent souvent dans ce sens-là, quand leurs enfants sont mal présentés sur cette photo si déterminante.

Si l’on brise par mégarde notre miroir, dit-on, nous héritons de sept ans de malheur; mais, quand nous ratons notre photo de classe, avant de passer dans le monde des grands….nous vivons dans l’attente crispante de toutes les incertitudes…des vieilles blagues qu’elle aura inspirées, des moqueries qui vous pousseront à vous cacher, évitant de croiser le regard de cet ami avec qui vous avez appris à faire les quatre cent coups.

Après vingt ans, il devient difficile de compter les yeux ayant traînés sur ces photos: Les amis, la famille, les connaissances, les flirts…puis les étrangers, les saisonniers, les collègues de bureau…si tel est votre cas, alors vous deviez être plus que parfait. Mais hélas ! Tout comme les maîtresses, le sorcier et son capteur d’image ont des préférences. Bizarre !

Ce portrait de classe s'avère plus parlant que ce qu’on peut croire. Des rapports de force se flattent dans le hasard le plus parfait, figé dans le temps. Luc est un enfant turbulent, ce n’est un mystère pour personne. Alors, cela se voit sur la photo. Il a fait le coup du lapin à Hervé. Jeanne a toujours été la préférée des maîtresses; elle est devenue maîtresse elle aussi. Claire a photographié la cérémonie de mariage de Hergy et d’Amélie…Etc.

Cette photo de classe est une éternité et le restera; elle sera à jamais ce mystère, cette entrave, cette compétition enfantine, malgré qu'aujourd’hui, emprisonner une image devient monnaie courante…même en CM2.


E.A/Ruedesrumeurs.





© Tous droits réservés/Ruedesrumeurs/Le Havre, Août 2014.

Posts les plus consultés de ce blog

à la gloire de mon père...

L'Anathème

RUMEURS D'AILLEURS ( rencontre avec PALTO VANYAN, Septième parution).