samedi 13 juillet 2013

Buvard 5253/Demeure enchantée



DIX-HUITIÈME PARUTION
Numéro 18. Buvard5253/Demeure enchantée. Le Havre 13 juillet 2013.
Réalisation: E.A & C.L.M
Textes: E.A 
Dessin et Photo: C.L.M


© Dessin et Photo "Demeure enchantée", par C.L.M 



Dans ce numéro ( Dessin et Photo "Demeure enchantée" par C.L.M, Editorial Buvard5253 (Ruedesrumeurs), Isloise/Ma terre)



Editorial : Buvard5253…


« Buvard5253 » le code, de cette photo ou ce dessin, que je venais de recevoir, par MMS, de C.L.M (pour ruedesrumeurs), m’a un peu secoué.  Je dois vous avouer, je ne l’avait pas vu (e) ainsi. Ce dessin de demeure enchantée qui m’embrase l’esprit et me range devant un ordinateur, une machine, clignoter des doigts et des yeux afin de vous écrire un message.

Je pense que cela peut vous arriver à vous aussi de prendre le temps de donner un peu de sens à ces nombreux codes qui nous guident, nous entourent et nous gouvernent même hors de la terre. Mais le mieux est de toujours garder une bonne dose de bon sens afin de pouvoir extraire un autre message, quelque soit le nid de codes qui se présente à nous et à vous, dans la mesure du possible.

Pour cette publication, nous n’avions pas eu l’envie de nous manquer encore plus, vous et nous. Nous commençons à nous connaître un peu.  Alors cette photo est une preuve que nous devions nous parler. Elle inspire. Je viens de comprendre que nous avons compris à peu près la même chose. Il y a du sens partout pour qui souhaite se réveiller, un mec dont le bon sens fuit l’esprit, il se retrouve content de prendre ses jambes à son coup en ce jour, et il exclame tel un solitaire : «  Je suis entier, merci soleil, merci  mère nature, merci source, merci vieux ciel et l’infatigable air et merci à mes amours plurielles.

Alors voilà, nous devons maintenant porter cette lettre au soleil. Nous devons également retrouver la belle isloise.




Isloise (Ma terre)

« Ma terre, libère-toi de tes démons d’amants ».
Tes entrailles en treillis entaillées en mille morceaux
Sur charrettes et calembours
Journaux aux titres singuliers
Évocation  qui donne à penser.
Mon œil, à quoi penser d’abord ?
Je ne suis pas philosophe.
Pour l’instant…
Tout de même ma belle isloise
Ta pudeur traîne dans la boue ma chère
Je nous connais sous de plus beaux présages.
Calque moi leurs noms
« Fragiles Puissants » qu’ils soient
Nulle ne connaît la force d’une patrie
Une terre une mère…
Qu’on charrie dans la boue.
Maintenant chère ma seule conviction
T’écrire que nous devons porter nos armes, nos emblèmes
Dans nos mots et maux.
Ensuite  nous regarder
Puis, faire un clin d’œil au monde
En lui rappelant son berceau.
La liberté.
Le respect.
De L’être.
De nous aussi…

Nous méritons au moins ça.

E.A (Ewabongolo), Le Havre, 11 juin 2013.









Restez avec nous ou revenez nous voir quand vous le désirez!

Retrouvez nous sur Facebook/Rue Des Rumeurs.

©
 Tous Droits Réservés/Ruedesrumeurs 2013.

dimanche 7 juillet 2013

Patrimoine


DIX-SEPTIÈME PARUTION
Numéro 17. Patrimoine. Le Havre 6 juillet 2013.
Réalisation: E.A & C.L.M
Textes: E.A & C.L.M
Photos et Dessins: source Internet/Dessin Mandela

Dans ce numéro: ( Madiba, (...) et Coup de chaleur, E. A/Photos et dessins Mandela/source Internet.)


Source Photo: Internet/dessin Mandela


MADIBA

De ma cellule je pouvais voir mon ombre casser des pierres
Bâtir l'autel des angoisses
Serrer des mains
Là-bas, certains avaient des cartes plus fortes que les miennes
De ma cellule, je suffoquais dans la chaleur ou la sueur que mon corps
Vomissait dans ce jardin de codes. Grilles qu’il fallait franchir.

De là où j'étais, j'ai laissé une ombre qui vagabonde encore dans les mémoires.
De mon cachot, j'imaginais le monde autrement
Que le fort de Johannesburg ce 5 août.
Puis,
J'ai pris  ces bouts de pierre pour ma faiblesse
Mon amour pour l'être qui m'a mis en joue par son ignorance
Et j’ai accepté.
Pour planter ensuite mon poing dans la gueule du jour
Ma main dans celle d’un autre camarade.
Nous marchons.

De ma piaule, j’ai entendu des voix entremêlées qui m’apportaient le jour toujours avec un peu de souffrance
Mouvement, hommes qui courent, non hommes noirs
Qui trébuchent dans la fuite des préjugés.
Mon bras en l’air fût un point d’honneur à la mort.
Elle est venue me chercher, elle est repartie bredouille.

 E.A (ewabongolo), Le Havre, 1 juillet 2013.


Source dessin: Internet/Dessin Mandela
(...)


Fureter dans  l’insouciance de la bougie
Tellement,
Que les entrailles remontent.
Soubresauts,
Pour flirter avec les mots.
Comme eux je me vois indiscret
Je le redis  avant de vous l’entendre dire.

E.A (ewabongolo), Le Havre 3 juillet 2013.



Source Photo: Internet/Photo Mandela
  Coup de chaleur !

J’ai comme un volcan
Au fond de moi
Dans mon rêve un soleil fendu
Les sillons de tes cris engorgés
Le battement est froid
Le passage figé
Dans l’extase de mes éclosions
Craché ma colère épidermique 
Terre fusse-t-elle
J’avais un feu qui coulait de mes gangrènes
Larves…
La terre devient volcan,
Partout où les bergers doivent porter en bandoulière
Leurs Kalashs.
Le monde mérite de changer je crois.

E.A (ewabongolo), le 24 juin 2013, Le Havre.








Restez avec nous ou revenez nous voir quand vous le désirez!

Retrouvez nous sur Facebook/Rue Des Rumeurs.

Tous Droits Réservés/Ruedesrumeurs 2013.